• L'arbre qui pondait des oeufs

    Les poulettes au chômage, des omelettes végétales, la fin du règne des oiseaux ?

     

    Quand j'ai appris cette nouvelle, mon sang n'a fait qu'un tour…

     

    Quoi ? Plus de cocottes à pondre en caquetant, plus de chants, de bruissements d'ailes, de petits pious, de plumages flamboyants ?

    Des omelettes végétales ?

    Keres reconverti en plantation ?

    Horreur…!

    Il me fallait mener l'enquête sur ce concurrent potentiel qui menace de détrôner la poule pour remplir le frigo d'œufs…!

     

    Mon pondeur végétal se nomme Ginkgo biloba

     

    Ginkgo biloba feuilles

     

    On l'appelle aussi "l'arbre aux quarante écus".

    On sait de lui qu'il est l'arbre le plus ancien du monde, un maillon primitif de l'évolution, un fossile vivant.

    D'une résistance extraordinaire, qui lui a fait traverser les siècles, il peut vivre des centaines d'années, jusqu'à 2000 ans !

    Il supporte tout, de la pollution urbaine au feu nucléaire. On ne connaît aucun insecte, aucune maladie, aucun animal qui l'attaque…(Il y a peut-être là un croisement intéressant à faire avec la poule !). Il a survécu à tous les prédateurs possibles, du dinosaure à la chèvre... (Je dis ça mais il ne connaît pas Ptit Biquette...). Bref, ce n'est pas n'importe qui…

    Mais alors cette histoire d'omelette, qu'est-ce que c'est ?

     

    Une sexualité basée sur l'oeuf

     

     

    Antiquité vivante, il est resté coincé dans l'évolution en gardant un mode de reproduction assez archaïque.

    C'est un arbre, qui se reproduit en produisant des œufs, plus précisément des ovules, et non pas des graines.

    Voilà le point commun entre cet arbre et la poule : ils "pondent" des œufs même s'ils ne sont pas fécondés, ce qui dans le monde vivant est une perte d'énergie considérable. C'est pour cela que le règne végétal a inventé par la suite la graine, et la poule le don de sa progéniture ratée à l'homme...

     

    Maman Ginkgo, laisse choir au sol ses ovules qui se mettent en attente d'une improbable rencontre avec un spermatozoïde émanant de Papa Ginkgo. (Je ne vous dis pas combien les coqs ont rigolé...).

    Si la fécondation a lieu, le jeune Ginkgo se met à grandir immédiatement et sans attendre. Le reste de l'omelette se dégrade lentement, dégageant une subtile odeur de pourriture…

     

    Et c'est là que le bât blesse ! Ces faux œufs ne pourront jamais concurrencer les bons produits de nos poules ! Keres est sauvé !

     

    Soyons donc magnanimes et souhaitons longue vie encore au Ginkgo !

     

    La métaphore de l'arbre qui pond des oeufs est tirée du bouquin de J.M Pelt et J.P Cuny : "La prodigieuse aventure des plantes", une introduction très sympathique à la botanique !

    « 7 vies et un tour en tracteurKeres Avenue »
    Google Bookmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :